ATHABASCA

«La vue qui s’offrait à nous dans la lumière du soir était de celles que peu d’alpinistes modernes connaissent.» John Norman Collie

Grand explorateur des Rocheuses canadiennes entre 1897 et 1911, John Norman Collie vante la beauté du glacier albertain Athabasca. Un siècle plus tard, le champ de glace Columbia continue de faire partie des plus imposants paysages de la planète, offrant des vues panoramiques époustouflantes. Chaque année, le site attire des milliers de touristes venus marcher sur une épaisseur de glace pouvant atteindre 360 mètres.

Mais pour combien de temps encore ?

Les scientifiques constatent les ravages du temps; le retrait du glacier de 1,5 kilomètre en 125 ans laisse derrière lui un paysage lunaire et rocailleux. Cette fonte rapide est stupéfiante et a, bien entendu, des conséquences importantes sur l’environnement.

Augmentation des courants océaniques, hausse du niveau des mers, risques météorologiques accrus, sont autant de données alarmantes recueillies par des scientifiques désarmés. Si le champ de glace Columbia semble précéder l’existence de l’Homme, le glacier Athabasca qui en fait partie, pourrait bien en raison du réchauffement climatique, complètement disparaître d’ici une génération. Athabasca, le glacier aux reflets scintillants sous le ciel étoilé canadien, le glacier sublimé, délicat et pur, se fissure et se perd au milieu des sommets montagneux impuissants qui l’entourent. La sculpture Athabasca est constituée d’un grand monolithe en acier inoxydable peint en blanc. Ça et là, des fentes sont creusées dans le métal, laissant passer la lumière qui scintille sur la tranche polie. La partie supérieure en Inox est elle aussi polie pour jouer avec la brillance du soleil qui se reflète sur les arrêtes du métal. Le bloc cubique, solide et lourd, se fissure comme le glacier. L’avenir du monolithe semble incertain; les fentes le fragilisent malgré son imposante stature. Sa vulnérabilité nous questionne: qu’adviendra-t-il de la spectaculaire beauté du plus grand champ de glace en Amérique du Nord?

ATHABASCA

« The view that lay before us in the evening light was one that does not often fall to the lot of modern mountaneers. »

John Norman Collie

While exploring the Canadian Rockies a century ago John Norman Collie celebrated the beauty of the Athabasca glacier. Today the glacier still attracts thousands of tourists with its breathtaking panorama and easily accessible ice cover.

But for how much longer ?

Climate change has accelerated the retreat of the glacier and its survival is threatened. The pure and delicate Athabasca icefield is cracking and will perhaps no longer glisten under the starry Albertan sky a generation from now.

Athabasca is a sculpture consisting of a single massive stainless steel monolith painted in white. The sculpture is scattered with incisions which allow the sun to shine on their polished edges. Its hilly top made up of polished stainless steel mirrors the snowy peaks glittering under the sunshine. The sturdy and heavy block is crumbling like the glacier. The future of the monolith seams bleak. Despite its towering stature, it is weakened by cracks. Its vulnerability begs the question : what will become of the spectacular beauty of North America’s most famous glacier.

Collection privée Sri-Lanka